• Nouveauté
editionsFdeville_L'Empreinte du silence | Didier Robert-9782875990389
  • editionsFdeville_L'Empreinte du silence | Didier Robert-9782875990389

L'Empreinte du silence | Didier Robert

14,15 €

Je savais que grand-père était mort pendant la guerre, mais j’ignorais les circonstances de son décès. La famille n'en parlait jamais. Pour l'enfant que j'étais, il était le monsieur de la photo posée sur la table de chevet de ma grand-mère. Longtemps, j'ai ignoré son prénom. 

Les mots « Déportation » et « Résistance » jaillissaient parfois du silence qui entourait son destin. Très vite, la pudeur reprenait ses droits. Le silence couvre la honte, la peur, la tristesse… Jusqu'à ce que je trahisse l’omerta en flanquant tout sur la place publique. 

C’est une tentative de justice. C’est l’esquisse d’un hommage. C’est peut-être même l’éclosion d’une fierté.

Quantité

Vous pouvez aussi commander cet ouvrage dans votre librairie préférée.
#TOUS EN LIBRAIRIE !

9782875990389
2021-03-17

Fiche technique

Collection
Œuvres au rouge
Date de parution
2021
Reliure
Broché
Format
21 x 14 cm
Nombre de pages
150

Dorian Decker

Il est des non-dits qui font du bruit, qui s’installent au cœur d’une famille dans l’acquiescement général. Dans le roman de Didier Robert, le voile du silence a recouvert le destin d’un grand-père résistant, déporté et assassiné par la poigne nazie.

L’omerta règne jusqu’à ce que le petit-fils de ce héros ordinaire gratte la carapace du secret pour pointer pudiquement la lumière vers ce destin tragique.

Un récit à souffle court, aux émotions fortes.

Un roman puissant qui pose un regard neuf sur les meurtrissures laissées par la folie du IIIe Reich. 

Stéphane Joncker

Ce récit se lit comme une enquête, celle de la disparition de Fernand Legros, un résistant belge pendant la Seconde Guerre mondiale. Des bribes d'information retracent le parcours de cet homme réputé pour son audace face à l'ennemi. Mais pourquoi ceux qui l'ont connu se sont-ils tus après la libération?

Suite à de patientes recherches et l'accès à des documents rares, l'auteur, petit-fils du résistant, fait revivre le parcours de son aïeul : arrestation, emprisonnement, déportation, disparition.

Ensuite, c'est le silence. Celui d'une famille mutilée, blessée au plus profond, qui préfère s'abstenir de tout commentaire, comme si elle se refusait à admettre la réalité : un séjour fatal dans le camp de Neuengame, celui des saboteurs et des résistants aux nazis. L'anéantissement ne se raconte pas. Il se dissout dans le silence.

L'auteur n'a pas connu le héros. Il a toutefois subi la lourdeur du silence d'après guerre. Il s'interroge. Et par respect pour ses proches, se refuse à leur faire mettre des mots sur des faits et des sentiments qu'on devine insupportables. Seuls restent des documents officiels, des bribes de témoignages, des recoupements qui donnent le relais à la réflexion.

Il en ressort un récit digne et émouvant, émaillé de petites touches qui peu à peu dévoilent les pans de l'histoire d'un résistant, un homme d'honneur qui est allé au bout de ses convictions.